Pour faire s’approprier les résultats d’une analyse par le groupe en lui demandant d’en extraire l’essentiel

a-design-seminaires-70

Présentation :

Pour analyser les résultats d’une enquête réalisée auprès des participants du séminaire, il est d’usage de demander à une tête bien faite d’en faire la synthèse, et de produire en quelques slides un résumé des points à retenir.

Ceux qui ont l’habitude de faire ce travail de synthèse le savent bien : c’est par cette d’analyse que l’on comprend vraiment des choses. C’est en se plongeant dans la matière brute, dans les verbatims, que l’on capte la substance. La synthèse, même de grande qualité et bien présentée, ne remplace pas ce processus d’immersion extrêmement riche.

« Substantifique moelle » vise à donner aux participants du séminaire la richesse de cette immersion.

Modalités :

Le principe de base de « substantifique moelle » est de faire analyser par le groupe, pendant le séminaire, les résultats d’une enquête à laquelle chacun des participants a répondu individuellement. C’est un excellent moyen d’aider les participants à passer du « je » au « nous ».

Les modalités sont simples :

  1. Réaliser en amont du séminaire une enquête, de préférence simple et avec des questions ouvertes, sur un sujet qui est important pour le travail à réaliser en séminaire (par exemple : « dans quel état d’esprit êtes-vous par rapport au au déroulement du projet de réorganisation qui est en cours ? »).
  2. Enoncer l’intention : « vous avez répondu à l’enquête et nous vous en remercions. Plutôt que de faire l’analyse des résultats en amont, nous pensons plus intéressant de vous fournir la matière brute fin que vous en tiriez ensemble les enseignements. La question est : qu’est ce que cette enquête nous apprend d’utile et d’important par rapport au travail que nous avons à faire ensemble aujourd’hui ? »
  3. Fournir les résultats bruts de l’enquête (un document par personne) et donner un temps de réflexion individuelle pour que chacun les lise, en surlignant les points dont il souhaite discuter avec le groupe.
  4. Demander au groupe de dégager la substantifique moelle, si nécessaire en donnant un cadre (« quels sont les 3 principaux points ? »).
    • Variante pour des groupes de grande taille : faire l’analyse en sous-groupes et faire restituer les 3 points par chaque sous-groupe. Si la structure de l’enquête s’y prête, chaque sous-groupe analyse une partie différente de celle-ci.

Ce que cela produit :

De l’implication car elle permet de rassembler de la matière utile au travail, et de faire passer les participants d’une position « je » (leur réponse individuelle à l’enquête) à « nous » (un regard sur ce qui dit le groupe, et la variété des points de vue)

Des prises de conscience car, à la lecture des résultats de l’enquête, chaque participant peut relativiser son propre point de vue, en lisant « sans trucage » les points de vue des autres participants. Il ne peut soupçonner une synthèse « langue de bois » puisqu’il a sous les yeux les résultats bruts.

Compléments  :

  • Il est important de préciser très clairement, dans l’enquête, que les réponses seront utilisées « brutes » pendant le séminaire, pour éviter que des participants ne soient piégés malgré eux, ayant cru que le questionnaire était anonyme.
  • Dans ce processus, il est impossible de « cacher » des réponses sous prétextes qu’elles sont gênantes ou malvenues : celui qui les a émises s’en rendrait compte immédiatement et tout le processus serait décrédibilisé
  • On pourrait être tenté de distribuer les résultats du questionnaire en amont pour gagner du temps. L’expérience montre que 1/ certains ne le liront pas 2/ on n’obtient pas le même niveau d’attention que si cela est fait sur place

Ingrédients utilisés :

En majeure :

En mineure :

  • I13 – Orienter l’attentions dans la cas de la variante où chaque sous-groupe analyse une partie différente de l’enquête