Pour récupérer ce qui émerge d’une séquence de travail, et encourager l’attitude propice à l’émergence.

a-design-seminaires-71

Présentation

Les participants sont là, et ils ont besoin d’exprimer des choses importantes en étant entendu de tous. Mais voilà, il ne s’agit pas d’entrer dans un débat, juste de donner de la place pour que ces choses puissent s’exprimer, ni plus ni moins.

« Pop-corn capture » permet de sécuriser ce temps d’expression, de sécuriser chacun dans le fait que ses points ont été notés, et d’éviter que l’émergence se transformer en débat.

Modalités

Le principe de base de « popcorn capture » est de noter sans interférer tout ce que les participants ont à dire sur une question. C’est notamment utile et puissant lorsqu’on a fini un travail de production collective, et que l’on souhaite récolter les prises de consciences et apprentissages utiles. Le terme « pop-corn » représente le fait que la prise de parole n’est pas organisée, car chacun parle s’il le souhaite et quand il le souhaite, plusieurs fois si besoin : il en résulte un effet « pop corn », comme lorsque les grains de maïs sautillent dans la poêle.

  1. Expliquer l’intention : « nous venons de  <rappeler ce qu’on vient de faire>, et vous avez certainement eu des éclaircissements, prises de consciences, ou d’autres choses qu’il serait dommage de ne pas entendre et partager avec les autres. Je vais prendre note de tout cela, pour en garder trace. Nous n’allons pas avoir de discussions, juste entendre ce que les uns ou les autres ont envie de partager. Allez y je vous écoute »
  2. Tourner le dos au groupe et se mettre face au paperboard. Noter tout ce qui vient (on « noircit » généralement plusieurs pages de paperboard, qu’il faut coller sur un mur au fur et à mesure). Lorsque le flux se tarit, attendre un peu puis faire une relance (« d’autres choses ? »)
  3. S’arrêter quand il n’y a plus de flux ou que le temps alloué est écoulé

Ce que cela produit

Une démultiplication des prises de conscience : ce qui exprimé et noté est généralement de l’ordre d’une prise de conscience, d’un éclairage particulier. Le processus permet de les démultiplier.

De l’apaisement : lorsqu’un participant voit que sa prise de parole est notée fidèlement, et devient visible de tous, il est rassuré sur le fait qu’elle prise en compte, tracée.

Un ralentissement du rythme qui favorise la digestion : noter chaque point demande un peu de temps. Les participants comprennent très vite qu’il faut attendre que le point soit donné avant de s’exprimer à nouveau, ce qui entraine le ralentissement.

Compléments

  • Parfois il faut un peu de temps avant qu’une première personne ne se lance, attendre tranquillement. Si le silence se prolonge avant qu’une première personne ne s’exprime, encourager gentillement le groupe, par exemple en expliquant en quoi faire ceci est utile (« si vous vous êtes dit quelquechose d’intéressant, il est probable que c’est intéressant pour d’autres. Nous voulons juste mettre en commun de la compréhension »).
  • Ne pas hésiter à faire préciser une idée lorsqu’elle est trop générale, qu’elle peut être comprise de différentes façons (il faut donc écouter attentivement et chercher soi-même à comprendre, pas uniquement écrire bêtement).
  • C’est une séquence apaisante, qui « fait atterrir » les choses. Le groupe a le sentiment d’être respecté, écouté et entendu sans jugement, ce qui constitue une expérience très positive.

Ingrédients utilisés

En majeure

  • I4 – La bonne question pour orienter clairement la prise de parole dans une direction qui a du sens
  • I14 – Laisser émerger car ce processus créé à dessein un espace sécurisé pour exprimer « ce qui vient » par rapport à la question posée
  • I16 – Capturer car chaque prise de parole est notée sur le paper-board

En mineure

  • I17 – La récolte car ce processus produit un livrable, de façon immédiate
  • I19 – Aider la digestion si « pop corn capture » est un temps conclusif d’une autre séquence (typiquement la fresque des faits marquants). Dans ce cas, ce processus aide à assimiler le travail que l’on vient de faire