Pour avoir un dialogue exploratoire et profond sur un sujet important

Présentation

La possibilité d’aller au bout de ses idées sans être interrompu (le « pouvoir dire ») et la qualité de l’écoute et de la présence (« savoir écouter ») sont indispensables à une conversation importante. Malheureusement ces deux qualités d’être sont en général mises à mal, pour de multiples raisons : le temps alloué, le déséquilibre dans la capacité à prendre la parole, les distractions de tous ordres, l’impatience qui conduit à s’interrompre.

Le cercle de dialogue permet de créer un cadre d’échange très efficace, respectueux de chacun et centré sur l’enjeu. Simple mais redoutablement puissant, le cercle de dialogue déplace les conventions habituelles de l’échange et importe dans les organisations des pratiques de dialogue ancestrales.

Modalités :

  1. Les participants sont assis sur des chaises disposées en cercle. Au centre du cercle, au sol, est disposé un objet de dialogue (par exemple un beau galet)
  2. Expliquer l’intention qui va orienter le cercle de dialogue : il s’agit de la raison qui justifie l’échange, qui lui donne un sens.
  3. Expliquer les modalités :
    • La durée du dialogue est définie précisément (typiquement une heure). Quand ça commence ça commence, quand le temps est écoulé cela s’arrête net.
    • Pour parler, il faut prendre l’objet de parole au centre du cercle
    • Seul celui qui a l’objet peut parler. Lorsqu’il a terminé, il repose l’objet à sa place, au centre du cercle
    • Chacun peut s’exprimer sur toute chose qui lui apparait relié à l’intention, directement ou pas
    • Chacun est invité à être attentif à ce qui émerge de l’échange, et à le verbaliser autant que possible
  4. Déclencher un minuteur et démarrer le cercle.
    • Pendant le cercle, le facilitateur peut prendre l’objet pour contribuer, mais aussi pour inviter à approfondir des sujets. Il garde en conscience l’intention et aide le groupe s’y relier.
  5. Lorsque le temps est écoulé, arrêter le cercle et conclure. Suivant le sujet, différentes modalités de conclusion peuvent avoir été prévues : noter les poins-clés qui ont émergé, faire un tour d’expression de ressenti, ou autre.

Ce que cela produit

De la profondeur dans les prises de parole : en se saisissant de l’objet de parole, celui qui s’exprime dispose d’un espace d’attention d’une qualité inhabituelle, qui l’encourage à dire pleinement ce qu’il a à dire

Une très grande qualité d’écoute : lorsque quelqu’un prend la parole, les autres sont concentrés et attentifs

De la responsabilisation individuelle sur le processus collectif : utiliser l’objet de parole revient à consommer la ressource commune, c’est à dire le temps. Il se produit souvent, chez certains, une prise de conscience sur le fait qu’ils prennent trop de place ou, a contrario, pas assez.

Compléments

  • Cette modalité peut apparaître ésotérique pour les participants, voire franchement farfelue, surtout si c’est une première. En effet la configuration (cercle de chaises) et le processus sont très éloignés des habitudes et peuvent faire peur. Je recommande d’adopter une attitude « profil bas », c’est à dire de ne pas en dire trop sur les vertus de l’exercice, qu’ils découvriront par eux-mêmes. Il est préférable de donner juste les informations nécessaires, et la raison pour laquelle on procède ainsi : « comme c’est un sujet important, nous voulons juste sécuriser le fait que chacun pourra dire ce qu’il a à dire dans des conditions d’écoute optimales ».
  • Il est très utile de se former au cercle de dialogue pour acquérir la bonne posture. Je recommande vivement la formation animée par Pierre Goirand régulièrement sur ce thème

Ingrédients utilisés

En majeure :