R21 : Speakers corners

Pour présenter de nombreux sujets à un grand nombre de personnes en favorisant l’interactivité

Schéma à venir

Présentation

Comment faire lorsque l’on a beaucoup de sujets à présenter et que l’on souhaite donner de la place aux questions et aux échanges ? Enchaîner des présentations en plénière n’est pas une solution : le niveau d’attention des participants baisse rapidement, les “speakers” sont souvent stressés par l’exercice, et l’espace d’échanges est réduit à la portion congrue.

Les speakers corners (littéralement “coins des orateurs”) permettent de partager de multiples sujets (des projets, des actualités, etc) dans un format convivial et vivant. en laissant une large place aux questions /réponses et aux échanges.

Le principe des “speakers corners” : chaque speaker présente son sujet plusieurs fois à des participants différents, en petit nombre. Chaque participant suit un parcours qui lui permet de voir plusieurs corners. 

Modalités

En amont : 

  • Définir la liste de sujets (X sujets) à présenter et allouer chaque sujet à un “speaker” en charge de le présenter plusieurs fois. 
  • Faire préparer par chaque speaker un “pitch” et quelques visuels permettant de soutenir son propos (attention : les supports ne sont pas des “slides”, mais des visuels au service d’un exercice oral. L’idéal est de prévoir des panneaux A1)
  • Définir le nombre de séquences de présentations (Y séquences) en fonction du temps dont on dispose, du nombre de corners et du nombre de participants, de façon à avoir des groupes de petite taille dans chaque corner à chaque séquence. Inclure dans ce calcul un “temps de rotation” permettant aux participants de changer de corner entre chaque séquence. Il y a plusieurs paramètres à intégrer

Déroulement :

  • Phase 1 : dispatch. Chaque participant se voit attribuer un parcours, c’est-à-dire un ordre de passage dans différents corners (il ne les verra pas tous). Il y a plusieurs façons de faire ce dispatch : des fiches parcours, des “tickets de séance”
    • Option : pour ce dispacth, placer les participants en camps de base, et donner à chaque camp de base les fiches parcours (ou les tickets) à se répartir en fonction des centres d’intérêt de chacun. Au sein de chaque camp de base, faire en sorte que le parcours de chacun l’amène à voir des sujets différents des autres (fiches parcours individuelles avec des sujets différents).
  • Phase 2 : parcours. Chaque participant va participer aux corners de son parcours, dans l’ordre prévu et aux heures prévues. Chaque speaker fait son pitch avec chaque nouveau groupe, et répond aux questions (répartir le temps 50/50 entre pitch et questions).
  • Phase 3 (si l’option camp de base a été utilisée en phase 1) : les participants retournent dans leur camp de base, et chacun raconte aux autres les corners qu’il a visités, ce qu’il a appris, ce qui l’a marqué. 

Ce que cela produit

De l’engagement et de la fierté chez les speakers : préparer cet exercice est très stimulant. Les speakers savent qu’ils auront à présenter leur sujet à des collègues, en petits groupes. Le fait que ce soit en petit groupe leur facilite les choses (ne pas avoir à monter sur l’estrade) et fait baisser la pression.

De l’interactivité : les présentations ayant lieu en petit groupe, il est facile d’échanger, de poser des questions, de partager des réactions. Pour avoir un bon niveau d’interaction, il est préférable de limiter le nombre de participants à 10 par corner. Le fait de changer de corner régulièrement contribue à cette interactivité : les participants sont en mouvement.

Du contenu : les pitchs des speakers sont en général de grande qualité, avec un langage naturel et sincère, et de la spontanéïté. Organiser une capture vidéo des corners permet de réutiliser ce contenu, et de valoriser les intervenants (attention : faire appel à un prestataire vidéo qui sache organiser cette captation sans perturber les speakers, de façon discrète).

Compléments

  • Les speakers corner ont besoin d’être bien préparés en amont, pas d’improvisation possible pour les speakers
  • Un grand nombre de sujets peuvent être présentés, le secret est dans l’équation temps disponible / nombre de séquences / nombre de participants / nombre de sujets
  • Les participants ne voient pas tous les corners, c’est en cela que l’option “camps de base” est particulièrement utile : chacun a la responsabilité de raconter aux autres des choses qu’ils n’ont pas vues.

Ingrédients utilisés

En majeure :

En mineure :

  • I19 – Aider la digestion : le temps en camp de base permet de transmettre aux autres ce qu’on a entendu, et donc d’assimiler l’information

Illustration :

Retour d’experience :

Publié par lbpartnerone

Game Changing Conversations, voir www.laboetiepartners.com