Pour guider un grand nombre de personnes dans une réflexion collective, en privilégiant la qualité des conversations.

Design De Séminaires - 57

Présentation

Le world café est une modalité de travail en intelligence collective très répandue, probablement la plus connue, et cela pour d’excellentes raison : c’est une façon d’organiser un échange en grand nombre qui donne la priorité au fait d’avoir de bons échanges, comme dans un café. L’essentiel  ici n’est pas de produire, mais d’échanger.

Cette priorité donnée l’échange répond à besoin très fort des participants : on peut d’ailleurs le constater a posteriori, car lorsqu’un séminaire est considéré comme réussi, c’est en général parce que les échanges y étaient de qualité.

Modalités

Préambule important : le world café est une modalité puissante mais exigeante, qui nécessite une formation spécifique pour être conduite en sécurité. De nombreuses ressources sont accessibles sur le web. Nous résumons ici les grandes étapes du processus sans entrer dans les détails, et sans prétendre se substituer à une formation solide.

  1. Les participants s’installent de façon aléatoire à une table (4 personnes par table)
  2. L’animateur énonce une question sur laquelle ils sont invités à échanger. La nappe sur la table permet de « gribouiller » les idées au gré des échanges, sans que cela ne constitue une « production »
  3. Après 20 mn, chaque groupe décide d’une personne qui va rester à la table, le « relais ». Les autres changent de table aléatoirement
  4. Le « relais » résume aux 3 nouveaux arrivants la précédente discussion. L’animateur du world. café pose une nouvelle question (dans la continuité logique de la précédente), ce qui donne lieu à un nouvel échange
  5. Ainsi de suite (3 ou 4 itérations)
  6. Un processus de récolte permet, si besoin, de récupérer l’essentiel des échanges (par exemple : « les 3 choses les plus importantes qui ont émergées de vos échanges »)

Ce que cela produit

De la convergence : à un instant t, il se déroule dans la pièce de multiples conversations sur le même sujet, puis les participants changent de table et entendent le résumé de l’échange précédent. En écoutant ce résumé, ils « connectent » leur propre conversation, et repèrent des points communs. Après les différents brassages, il se produit une impression de proximité entre les participants.

De l’énergie : le fait de donner une priorité à la qualité de la conversation plutôt qu’à une « production » favorise des échanges ouverts et inhabituels. En changeant de table, le processus entretient la curiosité des participants et un « stimulus » qui génère de l’engagement.

Compléments

  • Il y a de très nombreuses variantes de world café, ce qui en fait un processus très fréquemment utilisé car il s’adapte facilement aux besoins d’une situation. Voici notamment 3 paramètres sur lesquels on peut jouer pour créer des variantes :
    • Thématisation des tables, ou pas
    • Questionnement progressif identique pour toutes les tables, ou pas
    • Stabilisation des « relais » à leur emplacement sur l’ensemble du processus, ou pas

Ingrédients utilisés

En majeure :

  • I4 – La bonne question car chaque question du world café doit apparaitre légitime et intéressante pour les participants. Trouver les bonnes questions demande un investissement importante
  • I5 – Le questionnement progressif car les différents sujets de conversation s’enchainent logiquement, avec une intention claire
  • I6 – Changer de partenaires car les participants changent de table après chaque conversation, de façon aléatoire
  • I7 – Écrire sur la table car la « nappe » est le seul support des échanges. Elle aide à libérer les participants d’une logique de production linéaire, en donnant de la place au foisonnement
  • I8 – Peu nombreux c’est mieux car le world café vise d’abord à la qualité des conversations, et donc nécessite des petits groupes, l’idéal étant 4 participants par groupe

En mineure :

Vidéo

1 minute pour comprendre :